De la bonne gestion du marché par la mairie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la bonne gestion du marché par la mairie

Message  Adso le Jeu 13 Mar - 10:18

( Discours prononcé par Adso le 13 mars 1456, avant les élections municipales, suite à une question posée par un citoyen. )

Adso poussa un long soupir.... Encore répéter la même chose... des évidences, toujours des évidences...

Si on choisit de gérer le marché, il faut le faire "correctement", déjà...
Il y a un monde entre ceux qui veulent tout diriger, jusqu'à imposer qui produit quoi et obliger de passer par la mairie pour tout échange économique, et ceux qui prônent le "laisser-faire", en prétendant que le marché s'équilibrera tout seul. Dans le premier cas, on n'arrive jamais à obtenir ce que l'on souhaite, et dans le deuxième cas... non plus ! Car si le marché livré à lui-même atteint bien un équilibre, c'est bien souvent un équilibre "minimal", pauvre (parfois stable, parfois instable, selon les actions des individus et des responsables)...

Bref, ce que je propose, et ce que devrait faire tout maire un tant soit peu responsable, c'est de laisser l'économie avancer toute seule, mais en "l'encadrant", un peu comme un cerceau qui avance en équilibre instable, mais que vous maintenez dans cet équilibre par des coups de baguette à droite et à gauche. Il faut donner l'impulsion au cerceau pour qu'il avance, mais ce que vous devez obtenir ensuite c'est qu'il avance le plus longtemps possible sans que vous ayez besoin de trop d'intervenir !

Concrètement, il faut agir d'un côté en informant les citoyens, et de l'autre en régulant le marché par des achats et ventes raisonnés de la mairie.

Quelques exemples :
  • il faut racheter tous les produits qui sont en grande quantité sur le marché et qui sont exportables, vers le comté ou ailleurs (blé, maïs, poisson, viande, éventuellement pain, légumes, etc...) : si c'est fait régulièrement, çà encourage la production et çà enrichit nos concitoyens.

  • il faut racheter les produits en très, très grande quantité, mais non exportables, dans des limites raisonnables, pour les remettre sur le marché quand la crise de suproduction est passée, voire quand on est en pénurie (stocks). S'il y a une trop forte surproduction que la mairie ne peut "éponger", c'est qu'il y a eu une erreur de communication au moment où les nouveaux paysans ont choisi leur champ. Donc c'était évitable en anticipant un peu ! En particulier, les maires ne doivent pas conseiller ou déconseiller certains types de cultures, uniquement écouter ce que proposent de prendre les nouveaux paysans, et leur dire si c'est ou non une bonne idée en fonction de la conjoncture.

  • il faut passer de commandes auprès des artisans pour des produits manufacturés qui sont très demandés ailleurs, mais pas dans notre village. Ainsi, ils libèrent des emplois "agricoles", s'enrichissent et enrichissent la mairie grâce aux exportations (donc, moins besoin d'impôt !)

  • Les rachats de la mairie ne doivent pas vider le marché, ni perturber l'équilibre des prix : il faut racheter une partie des produits mis en vente à tous les prix présents sur le marché, depuis le plus bas jusqu'à celui qui est "conseillé" dans la grille des prix. Sinon, on favorise une certaine inflation (en prenant au prix le plus haut conseillé, les vendeurs finissent par tous proposer leurs produits à ce prix, sans le baisser jamais), ou au contraire on laisse aux citoyens tous les produits les plus chers, ce qui n'est pas dans leur intérêt (même si c'est celui à court terme de la mairie Laughing).


Bref, des "petites touches" seulement en "mode de croisière" (quand l'économie ne va pas trop mal). Et avant de prendre une décision, le maire devrait toujours se demander quelles seront les conséquences à plus ou moins long terme de ses décisions... Rolling Eyes



Adso prit conscience qu'il avait fait un long discours, un peu comme à son habitude, mais çà devait tenir à sa formation dans les monastères : qu'y pouvait-il ? il était comme çà, c'était tout...

En tout cas, merci de m'avoir donné l'occasion de m'exprimer à ce sujet. maintenant que mon discours est écrit, je vais pouvoir le déposer dans la bibliothèque du C.A.S.H (Comité pour l'Avancement de la Société Humaine), oeuvre d'utilité publique gérée par la Fierté Célibataire.


Dernière édition par Adso le Dim 13 Avr - 12:56, édité 1 fois
avatar
Adso
Grand-Maître
Grand-Maître

Messages : 714
Date d'inscription : 24/02/2008
Localisation : Luxeuil (Franche-Comté)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la bonne gestion du marché par la mairie

Message  Adso le Dim 13 Avr - 12:54

(Réponse à une question de Jake de Valombres, le 13 avril 1456)

Jake de Valombre a écrit:Monsieur le Maire,

Suite à notre conversation que j’ai eu avec vous en taverne, je vous fais part de mes remarques.

Sachant que vous reprenez le blé sur le marché à 13 écus pour le revendre à 13,25 écus au comté, cela fait donc un bénéfice de 0,25 écus à la mairie pour chaque sac de blé.

Vous m’avez dit qu’en achetant le blé à 13,25 écus sur le marché, cela ferait une inflation. Je vous ai répondu que cela augmenterait le pouvoir d’achat des bléiculteurs.

Les tableaux ci-dessous sont révélateurs :



Vous voyez donc qu’en achetant le blé à 13,25 écus sur le marché avec la mairie, les bléiculteurs ont un bénéfice de 1,25 écus ( 9 sacs de blé à 0,25 écus de bénéfice – 10 miches de pains à 0,10 de bénéfice)

A noter que le salaire des artisans en vigueur dans ce comté est de 25 écus. Est-il normal que les meuniers aient un salaire de 27,50 écus ? Est-il normal que la mairie se fasse du bénéfice sur le dos des bléiculteurs ?

Voilà mon étude, comme je vous l’avais promis. Si vous avez des questions sur mon raisonnement, je suis prêt à vous répondre.

Bien cordialement,

Jake de Valombre

Messire,

Vous prenez le problème du mauvais côté, et faites un certains nombre d'hypothèses implicites qui de surcroit sont fausses....

Je m'excuse par avance de la longueur de mon intervention, mais je ne peux pas laisser croire de telles erreurs à d'éventuels futurs dirigeants, et surtout aux bléiculteurs.

Tout d'abord, est-ce que les bléiculteurs ont à se plaindre de leurs revenus ? Non. S'ils vendent leur récolte (champ 1) à 13 écus, ils peuvent faire un bénéfice de 5.3 écus par jour. A 13.25, ce bénéfice est de 5.5 (énorme différence... Rolling Eyes)
Par rapport, les maïsiculteurs ont un bénéfice de 4.8 écus/j en vendant à 3.60 (prix indicatif de la mairie, sachant que le comté rachète à 3.65).

Ensuite, est-ce que les meuniers ont réellement un salaire de 27 écus ? j'en doute, vu qu'ils sont très peu à travailler en ce moment. La farine qui est sur le marché est essentiellement celle que j'ai importé pour approvisionner le marché. Quelques meuniers travaillent toutefois, et proposent leur farine à bas prix (15.50 et au dessous). Elle part tout de suite (je le sais, je surveille le marché Rolling Eyes). Et même si c'était le cas, il faut bien encourager les gens à produire des denrées de première nécessité ! Dès qu'il y aura retour à une concurrence plus forte, les prix redescendront tous seuls.

Y a-t-il des bléiculteurs qui se plaignent ? non, et pourtant, ce n'est pas faite de recevoir des lettres à la mairie chaque fois qu'il y a un problème sur le marché.... Pourquoi personne ne se plaint pour le blé ? tout simplement parce que la plupart des bléiculteurs jouent le jeu et vendent leur blé à la mairie à 13 écus.
Quand je suis arrivé à ce poste, c'était pour constater qu'il n'y avait plus de blé sur le marché. du coup, les meuniers ne fréquentaient plus leurs échoppes, et très peu y sont revenus depuis. Que ce passait-il ? tous les bléiculteurs vendaient à la mairie de façon automatique (donc à bas prix). J'ai supprimé le rachat auto, et le blé s'est retrouvé de nouveau sur le marché., à des prix s'étalant entre 12.50 et 13.25 (voir plus, si on compte les infractions).

Y a-t-il trop de blé sur le marché ? c'est à voir ! Certaines villes ont des stocks sur leur marché encore plus élevés que le nôtres. 100 sacs sur le marché, c'est la moisson équivalente à 10 champs, c'est tout (il y a 138 champs à Luxeuil au dernier recensement !). Et encore une fois, je rachète tous les soirs le blé qui reste à 13 écus ou moins.

Je revends régulièrement du blé au comté, provenant de bléiculteurs qui savent ce qu'il faut faire s'ils veulent vendre rapidement leur production. Les choses sont claires pour la plupart : soit on vend vite à bas prix, soit on espère plus de profit, mais dans ce cas il faut que la demande soit forte, ce qui n'est pas le cas pour le moment, du fait de l'inactivité des meuniers, que nous n'avons toujours pas réussi à "réveiller", mon conseiller et moi. Ce n'est pas en augmentant le prix du blé qu'on y arrivera !

La filière va-t-elle s'effondrer ? encore une fois j'en doute. Vous avez fait plus de dégât, Criss et vous, depuis que vous avez lancé cette polémique en taverne, certaines personnes étant venir me demander s'il fallait qu'elles changent de production ! Alors que ces personnes n'avaient aucun problème puisqu'elles revendaient régulièrement leur blé à 13 écus...

Ce n'est pas la quantité de blé sur le marché qui compte, c'est la facilité de le vendre à un prix raisonnable.

Maintenant, abordons la question de l'inflation. Je dois dire que c'est un concept assez novateur, et que je comprend que certains de ses aspects vous échappent [HRP : il faudra attendre un siècle ou 2 pour qu'on comprenne vraiment ce phénomène].

Vous dites que si je rachète le blé à 13.25 écus, le pouvoir d'achat des bléiculteurs augmente. Oui, dans un premier temps. Mais du coup, ayant l'assurance de pouvoir le vendre à ce prix, tout le blé va se retrouver à 13.25 écus. Et les meuniers qui rachètent ce blé vont eux aussi augmenter leurs prix, et les boulangers pareillement, donc vos bléiculteurs devront finalement racheter leur pain plus cher... De plus, comme tout le monde consomme du pain, et que tout le monde est en droit de s'estimer mériter les même revenus que les autres, tous les autres prix de denrées et produits manufacturés vont augmenter (ou certains salaires baisser du fait du plafonnement des prix).

Où sera le gain ?

Et une fois pour toute, la mairie ne s'engraisse pas sur le dos des gens. Les marges qu'elle prélèven sur les produits qu'elle revend au comté sont autant d'argent en moins à lever sous forme d'impôts... La mairie n'a aucun intérêt à accumuler des écus dans son trésor pour finir par se le faire piller par des brigands... Et elle prélève sensiblement la même marge sur tous les produits, en veillant surtout à ne pas pénaliser certaines productions par rapport à d'autres.

En revanche, je ne voit pas pourquoi la mairie (donc les contribuables) devrait accorder un profit supérieur aux quelques producteurs qui souhaitent maximiser leur profits en revendant leur blé à 13.25 écus... Qu'ils trouvent des particuliers pour çà !

Tout aussi cordialement,

Adso, maire de Luxeuil.
avatar
Adso
Grand-Maître
Grand-Maître

Messages : 714
Date d'inscription : 24/02/2008
Localisation : Luxeuil (Franche-Comté)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum