1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Message  Quasi le Lun 1 Sep - 20:46

Ces événements se déroulent le 1er mai 1456
(temps de rédaction : Jeu 01 Mai 2008 22:09 -> Lun 30 Juin 2008 11:09)

Judith a écrit:judith sortit de la taverne avec deux bébés dans les bras suivit d' acta qui tenait le troisième. Elle avait l'intention de se rendre dans les locaux de la fierté célibataire afin de pouvoir se faire aider des autres membres. Heureusement qu'adso lui avait proposé son aide pensa t'elle.

Merci de m'aider acta. Heureusement que callipso était là ainsi qu'athéna et toi!

Judith se dit qu'elle n'avait toujours pas donné de prénom à son 2ème fils. Elle ne penssait pas avoir 3 enfants. Elle avait pensé à un prénom de garçon et à un prénom de fille Léonard et mazarine mais c'est tout! peut-être qu'adso aurait une idée!

Acta a écrit:Acta entra et déposa Léonard dans une couchette...

De rien Judith, c'est normal, je suis heureuse d'avoir pu t'aider, quoi de plus merveilleux que de voir des enfants venir au monde ?!

Puis elle s'éloigna, regardant la maman et ses enfants, un sourire aux lèvres et une larme roulant sur sa joue...

Judith a écrit:judith posa ses deux autres enfants sur la couchette et se demanda si quelqu'un allait venir l'aider.

Quasi ! Adso! celyane! iseut! Varale Il y a quelqu'un?

Adso a écrit:Adso avait été très pris par les affaires de la mairie ces derniers jours. Aussi, il appris avec stupeur par l'intermédiaire de Quasi, le concierge de la Fierté Célibataire, que Judith avait enfin mis au monde non pas un mais 3 bébés. Quasi était à peu près sûr qu'il y avait 2 garcons et une fille. Il n'avait pas assisté à l'accouchement, mais il arrivait toujours à se tenir au courant de tout, ce gredin...

Adso s'était sentit tout fier de son exploit. Trois d'un coup ! pas mal quand même !

Quasi lui ayant dit que Judith se rendait aux appartements privés qu'elle avait à la Fierté Célibataire, Adso décida de s'y rendre pour voir comment tout ce petit monde se portait.

C'était quand même une chance. Il pourrait avoir ses enfants sous les yeux tout le temps sans que les gens aient besoin de savoir qu'il était le père.
Judith et lui avaient été d'accord sur ce point : pas de mariage ! En digne membre de la Fierté Célibataire, cela ne disait rien à Judith de se laisser piéger dans une union maritale. Quant à Adso, en tant que Grand-Maître de la Fierté, il ne pouvait tout simplement pas se le permettre. Et comme sa position de maire le rendait vulnérable à l'opinion des gens, il valait mieux que tout le monde ignore sa paternité... Quasi donnait l'impression de savoir quelque chose, mais bon, il fallait espérer qu'il saurait tenir sa langue...

Adso en était là dans ses pensées quand il arriva aux appartements de Judith.

Les trois enfants étaient étendus sur une couchette, silencieux, les yeux fermés. La mère donnait l'impression de bien aller.

Judith et Adso avaient décidé d'appeler l'enfant Mazarine si c'était une fille, Léonard si c'était un garçon...


Alors ? on l'appelle comment le troisième ?

Judith a écrit:Judith regarda adso épuisée mais soulagée de ne plus être seule. pour l'instant les bébés dormaient mais après ...

Le troisième ... Par Aristote! ... Le troisième...

Judith ne s'en remettait pas dans le règne animal elle aurait été un lapin au vue de sa fertilité. Elle n'avait fichtre aucune idée du prénom qu'elle allait donner au troisième bambin elle avait déjà pas choisi le nom des deux premiers...

Euh ... je ne sais pas peut-être qu'on pourrait lancer un concour à luxeuil pour le prénom le plus originale. Et le gagnant aurait euh... Je ne sais pas c'est toi le maire... enfin surtout dans le cas présent le père!

Sirpuaud a écrit:coucou juju !!! felicitation pour ces beau petit mome !! il ressemble a la mere !! ^^ tu cherche un prenom pour le troisieme ?? pourquoi ne pas l'appeler sir en mon hommage ?? lol non je rigole !!! bon be si tu a besoin d'aide n'hesite pas

Feetz a écrit:Après avoir entendu parler de trois heureuses naissances, Feetz ne pu s'empêcher d'aller voir l'heureuse maman et ses chers petits.

hoooo!! qu'ils sont tout mini-mignons!!! ce sont de très beaux bébés Judith... Félicitation! Alors pour le troisième?? Armant? Gaspard?
Armant moi c'est mon préféré je crois avec Casanova...


Feetz sourit, et fit une bise à Judith en lui disant que si elle avait besoin de quoique ce soit elle était encore sur Luxeuil pendant quelques jours.
La félicita à nouveau et lui souhaita beaucoup de bonheur, de santé et tout ce dont elle avait besoin pour l'avenir ; puis avant de partir elle laissa quatre brins de Muguet
(un pour chaque enfin et un pour la maman) porte bonheur et délicatement parfumé.



Bonne journée! Elle sourit et s'en va chantonnante et heureuse.


Judith a écrit:Rien ne sert de se précipiter le choix du prénom de mon fils sera fait avant sa première semaine de vie. Armant avec un "t" arme +amant, c'est mignon... Merci pour le muguet il fleure bon.

Judith compta les clochettes

13 pour mazarine, 13 pour léonard.... Quoi 14 pour... ??? Ah non alors!

Judith enleva une clochette.

Tien ! voila 13 pour toi mon poussin! Non mais il manquerait plus que ça!

Et pour ceux que ça interresse judith n'est pas superstitieuse mais ... quand même Wink

Sirpuaud a écrit:je tien a preciser que le prénom armant vient de moi !!! Very Happy Very Happy

je ne suis pas superstitieux non plus!!

Georgie a écrit:un pigeon arrivé à tire d'aile de saint claude, sa maîtresse espérant bien qu'il n 'arriverait pas le dernier quand même

toutes mes plus sincères félicitations pour ce triple événement heureux et bienvenue aux nouveaux luxoviens je suis à saint claude pour le moment mais suis vraiment ravie pour vous deux et espère pouvoir bientot faire leur connaissance bisoux à toute la petite famille et à bientôt

Adso a écrit:
Judith a écrit:Euh ... je ne sais pas peut-être qu'on pourrait lancer un concour à luxeuil pour le prénom le plus originale. Et le gagnant aurait euh... Je ne sais pas c'est toi le maire... enfin surtout dans le cas présent le père!
Chut ! parle plus bas, il y a du monde qui arrive !

Adso voulait bien croire que c'était la fatigue de l'accouchement qui faisait faire de telles maladresses à Judith, mais quand même...

Adso remercia Feetz pour le muguet, mais n'était pas trop d'accord avec ses choix de prénoms (et ne parlons pas de celui de Sirpuaud Rolling Eyes )


Armant, bof, çà fait un peu guindé... Gaspard ? pour que mon fi... Pour que ce soit un brigand de grand chemin ??? et pourquoi pas Mandrin, pendant qu'on y est ? Rolling Eyes

Puis Adso se rappella que Gaspard de Besse n'était pas encore né... Wink

Bon, finalement, je trouve que "Gaspard", çà sonne bien... Qu'est-ce que tu en dis, Judith ? si çà te va... après tout, c'est pas mon enfant... çà ne me regarde pas... (Laughing )

Un pigeon arriva pour Judith. Adso s'occupa de receptionner le message pour qu'elle ne se fatigue pas trop.
Tiens ! c'est Georgie, tu sais, elle avait ouvert une garderie ! peut-être qu'elle pourrait t'aider pour t'occuper des enfants !

Adso tendit le message à Judith.

Judith a écrit:Gaspar non je n'aime pas trop je trouve que cela fait lascard... en plus des trois c'est celui qui à le plus une tête d'ange de premier de la classe

judith regarda le message que lui tendait adso, le lu...

Mais on est pas 2 mais 4 elle ne sait pas compter ...

Judith avait compris qu'elle devait faire allusion au père, mais personne hormis adso ne savait qui était le père ... Enfin pensait elle!

Acta a écrit:Acta entra dans les locaux de la Fierté célibataire pour voir les bouts de choux de Judithj et prendre des nouvelles de la jeune maman.


Bonjour Judith ! Je viens voir tes 3 merveilles ! Alors vous n'avez toujours pas trouvé de nom pour le 2e garçon ? Je suis sure que vous choisirez le bon !

Je t'ai amené quelques petits babioles pour tes bébés...

Repose-toi bien !



Acta déposa un baiser sur la joue des triplés, puis s'en alla, laissant la maman et les bébés se reposer

Judith a écrit:Et bien tout cela n'arrange pas notre histoire mais en tout cas merci acta!

Mais cette dernière était déjà partie.

Il faut vous te trouver rapidement un prénom mon petit chat.

galahad c'est mignon

Noune a écrit:Du fond de ses contrées lointaines la nouvelle de la triple naissance etait arrivée aux oreilles de noune^^

Elle prépara un pigeon de felicitaions pour son amie Jude .....

Toutes mes felicitations pour cette heureux evenement Jude J
3 enfants voila ce qui explique ton ventre bien rond quand je suis partie ,quel dommage que je n'ai été la lors de leurs venue au monde mais j'ai appris que tu avais été bien aidée.
Reposes toi bien et profites de ta nouvelle maternité
Je pense tres fort a toi Jude

bises

noune


elle lança le pigeon dans les airs en esperant qu'il atteigne bien vite luxeuil


Dernière édition par Quasi le Ven 26 Sep - 13:32, édité 2 fois
avatar
Quasi
Concierge
Concierge

Messages : 207
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://fierte-celibataire.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Message  Quasi le Lun 1 Sep - 20:46

Adso a écrit:
Judith a écrit:Il faut vous te trouver rapidement un prénom mon petit chat.

galahad c'est mignon

Galahad... çà fait un peu mythique, mais bon, pourquoi pas. Sinon, il y avait toujours la possibilité de l'appeler "truc-machin-chose", du moment qu'il répond quand on l'appelle... Laughing

Judith a écrit:bon alors vendu tu t'appelera galahad!... Tu sais adso j'aurai pu faire pire en l'appelant arthur ou perceval je suis rester humble du coup (j'ai juste pris le nom du fils de lancelot)

Adso a écrit:Adso reconnaissait en Judith une grande lettrée... Décidément, depuis qu'on avait ouvert les universités aux femmes, çà avait produit de bons résultats, contre toute attente... Laughing

Callista70 a écrit:Calli qui était toujours a Dole venait d'apprendre la nouvelle et s'empressa d'envoyer un pigeon a Judith
Beau travail Jude! 3 enfants ! Tu ne pouvais pas faire mieux que ça! Je te félicite et dommage que tu ne saches pas qui est le père car il aurait eu droit à des félicitations aussi! Je rentre dimanche et j'irais te rendre visite pour voir tes 3 beaux bébés

Judith a écrit:En lisant ce message, judith sourrit et se montra impatiente de revoir son amie.

Mais quand même j'aimerai bien me reposer un peu et aves mes trois loulous c'est pas facile. adso je te les confie et tu n'as rien à dire c'est comme cela je ne te demande pas ton avis.

judith laissa adso avec ses enfants et alla se coucher. Les trois enfants regardaient leur père droit dans les yeux.

Adso a écrit:Adso se retrouva seul avec les 3 bébés, complètement interloqué. C'est bien pour ce genre de choses qu'il avait choisi de rester célibataire. De quel droit Judith lui refilatait-elle les enfants ? Après tout, c'est pas lui qui avait commencé, quand ils avaient été conçus... Cà, il en était à peu près sûr, malgré les brumes de l'alcool...

Qu'est-ce qu'il était supposé faire d'eux, maintenant ?

Les 3 enfants le regardaient droit dans les yeux, surtout la fille, Mazarine (il pouvait la reconnaître parce qu'elle avait des chaussons tout roses). Solidarité féminine, sûrement.

Ils semblaient vraiment lui faire des reproches...


*Par Aristote, on dirait vraiment qu'ils savent quelque chose !* pensa-t-il

Adso décida de se mettre à dormir dans cette pièce, on verrait bien jusqu'au lendemain. Au moins, dans leur reproches, les enfants étaient-ils complètement silencieux !

Leogalamaza a écrit:Les triplés regardaient leur père qui s'endormait. léo colèrique décida de remplir sa couche, maza incommodée par l'odeur hurla tandis que galahad comtemplait ses mains.

Adso a écrit:Adso sursauta. Des hordes de fonctionnaires le poursuivaient en hurlant : il y avait tant de choses à faire qui requéraient sa présence !

Mais non, ce n'était que Mazarine qui pleurait.

Combien de temps avait-il dormi ?

Adso s'approchait des enfants, à demi-ensommeillé et se frottant les yeux, quand il fut saisi par une puanteur sans nom. On aurait dit que toute une tribu de trolls était venue déféquer dans la pièce ! Lequel des enfants avaient bien pu commettre çà ? Celui qui pleurait, celui qui regardait ses mains en se donnant un air le plus innocent possible, ou celui qui était rouge comme une pivoine et le fixait avec un regard dur ? Plusieurs peut-être ? c'était plausible, après tout, à en juger par l'odeur...

Comment diable fallait-il s'y prendre ? Ah ! si seulement il y avait eu des livres à ce sujet dans les bibliothèques qu'il avait fréquenté ! Mais non, manifestement aucun lettré n'avait eu l'idée de traiter de la question. Ce qui faisait penser à Adso qu'en tant que lettré, ce ne devait pas être son rôle de s'occuper des bambins !


Et dire que j'ai une réunion importante demain au Parlement, et que je dois en plus m'occuper d'un tas de choses encore à la mairie... Vivement que je finisse mon mandat... sinon je vais finir sur les genoux !

Hein ? tu ne crois pas que vous allez me tuer si vous continuez à me priver de sommeil comme çà ?
lança-t-il à l'adresse de Galahad.

Bon, par lequel allait-il commencer ?

Leogalamaza a écrit:Galahad regarda le drôle de monsieur avec la plus grande indifférence, on eu l'impression qu'il haussa les épaules et il retourna à la contemplation des ses deux objets fort intéressant. A quoi cela pouvait il servir?

De son côté, Léonard ,bien au chaud dans sa couche, commençait à se rendormir l'air satisfait de ce que tout cela avait provoqué.

Quant à Mazarine elle hurlait toujours et avait également fini par remplir sa couche , ce qui l'a fit hurler de plus belle!

Adso a écrit:Adso n'arrivait toujours pas à se décider sur la conduite à tenir, et Mazarine criait de plus belle...

Il était hors de question d'aller chercher Judith. La façon dont elle l'avait laissé avec les triplés en disait long sur sa réaction s'il venait à la déranger...

Soudain, une idée fusa dans son esprit ensommeillé. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ?! il lui suffisait d'aller chercher Quasi ! trop heureux de mettre un peu de distance entre cette pièce nauséabonde et bruyante, et lui, il sortit et se dirigea vers les appartements de Quasi.

Malheureusement, ils étaient vides...


Rhaaaaaaa, zut ! Nom de non !
Après avoir rajouté d'autres expressions que la bienséance nous empêche de rapporter, Adso s'en retourna dans la pièce où se trouvaient les triplés.

Adso constata avec une certaine déception que Mazarine ne s'était toujours pas calmée... on ne savait jamais, tout était possible... mais bon, non, elle criait toujours. Et l'odeur devenait telle qu'il valait mieux ouvrir une fenêtre...


Bon, "diviser pour mieux régner", comme dirait l'autre... Je vais commencer par en prendre un à part, et je vais bien voir.

Adso hésita, et se dit que pour un bout d'essai, il valait mieux éviter de s'attaquer à un morceau difficile. Donc Mazarine était à écarter. Léonard dormait, il valait mieux qu'il ne se mette pas à crier lui aussi. Bref, il ne restait que Galahad.

Adso le prit dans ses bras, et constata que l'odeur ne devenait pas plus forte en s'approchant. Même avec son expérience assez limitée des bébés, son intelligence lui disait qu'il aurait dû en être autrement si celui-ci avait souillé sa couche.

Affreux dilemme... soit il défaisait quand même l'ouvrage, histoire de vérifier comment il tenait pour pouvoir le refaire, tout çà sur un exemplaire pas trop repoussant, soit il s'estimait heureux d'en avoir déjà un pour qui le problème était réglé...

Leogalamaza a écrit:Galahad regardait avec curiosité l'étrange monsieur qui le prenait dans ses bras, il avait une chose bizarre entre les deux yeux. il essayait d'attraper le nez d'Adso, sans succès, et cela commençait à l'exaspérer... Quand soudain il sentit quelque chose de chaud au fond de sa couche... Hum hum... Que devait il en penser?

Mazarine hurlait de plus belle devant l'incompétence et l'abandon de ses soi-disant parents... Les adultes sont trop nuls il pense pas à moi qu'à eux pensa -t-elle. Cela promettait à l'adolescence ... Encore une Chi....

Léo quant à lui ronflait bruyamment jusqu'à ce qu'excédée Mazarine ne lui envoit un crochet du gauche.
Léonard et Mazarine hurlaient comme des sauvages...

Judith a écrit:Aux pleurs de Mazarine, judith s'était réveillée. Elle cacha sa tête sous son oreiller.

Adso va se débrouiller ...

Les pleurs se poursuivaient.

Adso gère...

Léonard se mit à pleurer également.

Adso est nul ... Je peux plus feindre de ne rien entendre... Pourquoi j'ai eu des triplés... Bon Dieu vous avez fait une énorme boulette.

Et c'est à contre coeur que Judith se leva pour aller aider Adso, plus doué en maire qu'en nourrice.

Adso a écrit:Finalement, Adso s'était trompé dans son diagnostic : Galahad dégageait lui aussi une odeur repoussante, à bien y sentir...

Adso commençait à pester contre Quasi qui avait bien choisi son moment pour se défiler, lorsqu'il vit Judith entrer. Il l'accueillit un grand sourire béat aux lèvres :


Judith !

Un ange envoyé pour sauver toute l'humanité de ses maux n'aurait pas été mieux accueilli.

Judith a écrit:Judith regarda adso d'un regard noir qui en disait long. Elle prit le premier bébé qui passait sous ses mains le regarda dans les yeux sans rien dire. Léonard se tut immédiatement... LE POUVOIR DE LA MERE EST PLUS GRAND QUE TOUT!
Judith sentit q'elle avait impressionné Adso, mais elle décida de ne pas le faire remarquer et prit Mazarine dans ses bras... Cette dernière regarda sa mère dans les yeux ... Arrêta de pleurer ... 30 secondes ... Puis reparti de plus belle


Bon un sur deux c'est déjà cela! Toi tu changes celui qui pleure et moi je m'occupe de celui qui ne pleure plus... Pour le dernier on verra après!

Adso a écrit:Adso était impressionné par la technique de Judith, qui avait fait taire Léonard en moins de deux. Mais manifestement, Mazarine n'était pas du genre à se laisser dicter sa conduite...

Bon un sur deux c'est déjà cela! Toi tu changes celui qui pleure et moi je m'occupe de celui qui ne pleure plus... Pour le dernier on verra après!

Adso prit donc à contre-coeur Mazarine. Judith s'était quand même attribué le plus sage... Pour le troisième, il savait qu'il aurait des chances d'y couper en faisant un peu trainer les choses avec Mazarine. Judith serait bien obligé de s'en occuper elle-même ! Very Happy
avatar
Quasi
Concierge
Concierge

Messages : 207
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://fierte-celibataire.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Message  Quasi le Sam 6 Sep - 18:54

Dame Astrid de Pisan a écrit:Astrid de Pisan avait appris de la bouche de sa fille que celle -ci résidait à la fierté célibataire. Elle entra dans la chambre de judith qu'elle avait eu du mal à trouver mais qu'un ivrogne de bossu lui avait indiqué lui hurlant qu'il n'était pas nourrice!

Mon Dieu! Il y en a 3,! Quelle horreur je suis grand-mère!

Et elle tomba dans les pommes.

Adso a écrit:Adso reconnu la mère de Judith, qu'il avait eu l'occasion d'apercevoir de temps à autre, tout en essayant à chaque fois de l'éviter. Quel caractère !

Alors qu'il commençait à paniquer, se rendant compte que la mégère coinçait l'unique issue de la pièce, elle s'évanouit. Adso ne sut alors plus comment réagir, partagé entre le réflexe d'aider cette personne en détresse et l'envie irrépressible de fuir le plus loin possible d'elle...

Soudain, l'illumination, la solution habituelle à tous ses problèmes : il avait entendu la voix de Quasi le Bossu quelques instant avant l'entrée de la furie, et n'avait pas eu le temps alors d'en tirer les conséquences :


Quasi ! je t'ai entendu ! Inutile de faire la sourde oreille !
J'ai bien compris que tu ne voulais pas t'occuper des triplés, mais viens voir, j'ai quelque chose pour toi !

Quasi a écrit:Quasi s'était fait avoir comme un jeune apprenti espion. Alors qu'il essayait de passer inaperçu dans les couloirs depuis que les triplés étaient rentrés dans les murs de la Fierté Célibataire, il n'avait pu se retenir de réagir de façon peu discrète à la demande de cette drôle de bonne femme qui voulait savoir où se trouvait la chambre de Judith.

C'était ballot : Adso l'avait entendu, manifestement, et ce n'était plus vraiment possible de faire croire qu'il était ailleurs. Après tout, il risquait sa place plutôt douillette de concierge en ne répondant pas aux injonctions du Grand-Maître...

De mauvaise grâce, il se dirigea donc vers la chambre de Judith, manquant tomber sur le corps inanimé de la vieille folle.


Ah ben je vois que vous avez résolu au moins ce problème ! Quasi ne put retenir un sourire sardonique.

Vous voulez quoi ? que je nous débarrasse du corps ?

Judith a écrit:Judith le regarda avvec un petit sourire, bien songeur ma foi. puis elle soupira avant de répondre.

Elle n'est pas encore morte, elle souffre du complexe "Je ne suis pas une grand-mère". malheureusemnt on en meurt pas. Occupez vous des enfants je vais aller chercher des sels dans ma chambre.

Judith prenait son temps pour chercher, se disant que dans cette état elle ne poserait pas trop vite les questions que judith redoutait le plus...

Quasi a écrit:Quasi fut surpris d'apprendre que la femme était encore en vie. Cà n'augurait rien de bon au moment où elle se réveillerait... C'était pas trop ses affaires, il n'avait pas à se sentir concerné, mais il avait eu un échantillon de l'humeur sèche de la mégère...
Il était surtout contrarié vu qu'il venait de se faire piéger avec les triplés, les petites terreurs de la Fierté Célibataire.


Occupez vous des enfants je vais aller chercher des sels dans ma chambre.

Quasi ne savait pas à qui s'adressait réellement cette injonction, mais vu que Adso faisait mine de regarder ailleurs... E puis que pouvait-il refuser au sourire charmeur de Judith ?

Leogalamaza a écrit:Quand les triplés virent quasi, ils tendèrent simultanément les bras vers lui.

AI dit Galahad.

Etait-ce une première tentative de parole avec sens? Voulait il dire Quasi?

Quasi a écrit:Quasi fut désarçonné par la réaction des triplés à son approche.
L'un des deux garçons (on les reconnaissait à leur vêtements) prononça même un semblant de mot à son adresse...

Lui qui se faisait fort de ne pas s'impliquer émotionnellement, il se laissa attendrir par les triplés et commença à jouer avec eux.

Judith a écrit:Judith revint finalement avec les sels. Elle regarda Adso et Quasi, L'air de dire vous êtes prêt. Et déposa le flacon près du nez de sa mère.

Mère! Mère! Réveillez vous!

Dame astrid de pisan semblait reprendre connaissance. judith en tremblait d'avance...

Dame Astrid de Pisan a écrit:Hum... je ... suis...

madame de Pisan vit judith penché au dessus d'elle.

Judith dis moi que tu n'as pas d'enfants. Que tous cela n'était qu'un énorme cauchemard.

Astrid se releva et à ce moment elle vit Quasi en train de jouer avec les triplés.

Ah mon Dieu! il sont toujours là!

Elle regarda Quasi avec inquiétude.

Ne me dit pas que ce monstre est le père!!!!!

Quasi a écrit:S'entendant traiter de monstre, Quasi ne put se retenir. Son sang ne fit qu'un tour, il se releva d'un bond et se précipita vers Dame Astrid. Il se mit à lui donner des coups de poing dans le ventre, à défaut de parvenir à toucher la tête...

Adso a écrit:Adso, qui essayait de se faire discret depuis quelques minutes, à la fois pour éviter qu'on lui demande de s'occuper des triplés, et pour éviter d'attirer l'attention de la mère de Judith sur lui, se dit qu'il était temps de réagir pour éviter qu'il n'y ait des blessés.

Quasi, s'il te plait, veux-tu bien arrêter tes pitreries. Tu as bien compris que Madame n'était pas très versée dans la délicatesse de l'expression. Ce que tu es en train de faire ne sert doublement à rien...

Adso se gardait bien de se mettre entre Quasi et Astrid, c'était si facile de prendre un mauvais coup. Astrid pouvait se mettre en tête de réagir, tandis que, vu la hauteur où Quasi frappait...

Bon, Judith, si tu faisais les présentations de façon officielle ?
Madame, je me nomme Adso et je suis le Grand-Maître de la Confrérie qui occupe ces murs, et dont votre fille (si j'ai bien compris) fait partie.


Adso était à peu près sûr que la dame était la mère de Judith. Son sens de la déduction n'était pas à démontrer, et surtout il avait déjà croisé la dame en question lors de la cérémonie d'admission dans la Confrérie... Very Happy

Dame Astrid de Pisan a écrit:Ne me dit pas que ce monstre est le père!!!!!

Elle avait à peine fini sa phrase que le monstre lui sauta dessus l'agressant sauvagement. Mais elle n'allait pas se laisser faire comme cela. Elle commença à le gifler et à le morde elle se faisait violente quand elle le voulait. Mais bon Quasi était quand même un homme plus fort qu'elle.

Quasi, s'il te plait, veux-tu bien arrêter tes pitreries. Tu as bien compris que Madame n'était pas très versée dans la délicatesse de l'expression. Ce que tu es en train de faire ne sert doublement à rien...

Qui c'est celui là je ne l'avait point vu tout à l'heure : pensa dame Astrid.

Bon, Judith, si tu faisais les présentations de façon officielle ?
Madame, je me nomme Adso et je suis le Grand-Maître de la Confrérie qui occupe ces murs, et dont votre fille fait partie.


Dame astrid s'était laissée déconcentrer et se prit un méchant coup dans le nez, qui se mit à saigner.

Mon Dieu je saigne. Si vous me frappez encore une fois je m'en réfèrerai à la gendarmerie et vous ferai mettre au cachot j'en prend sur mon honneur.


Adso a écrit:Adso poussa un de ces longs soupirs dont il était coutumier.

Voilà voilà, il faut toujours que les gens s'envoient des piques, se menacent et s'agressent. La vie n'est pas assez difficile comme çà qu'il faut encore plus la compliquer...

Quasi ! çà suffit !


La voix d'Adso résonna dans la pièce et se propagea même dans le couloir, surprenant tout le monde, y compris Adso lui-même.
En tout cas, cela eu l'effet escompté : le petit bossu avait arrêté ses coups de poing.

Pour la forme, Adso poussa à nouveau un soupir.

Judith a écrit:judith qui se faisait petite depuis que sa mère était réveillée. Sursauta au son de la voix d'Adso. Elle le regarda trés impressionné, elle ne lui savait pas autant poumons. Sa mère et Quasi semblèrent impressionné également car ils le regardèrent l'air bêtement étonné ne sachant plus quoi dire. Alors judith se dit qu'il était temps d'intervenir.

Hum! Hum! Quasi n'est pas le père des enfants juste le concierge de la confrérie ainsi qu'un bon ami (ne pas oublier de flatter le bougre) qui de temps à autres me rend le service de veiller sur mes enfants ... vos petits enfants ... qui sont fort adorable et ne demandent qu'à vous aimer mère (N'en faisait elle pas un peu trop...)

Astrid se calma.

Adso a écrit:L'intervention d'Adso avait calmé un peu les esprits échauffés, et permis à Judith de reprendre l'initiative.

Comme à son habitude à chaque fois qu'il intervenait brusquement pour modifier une situation dont le cours ne lui convenait pas, Adso se remis en retrait, attendant de voir comment les choses allaient évoluer.

Il espérait en fait que la mère de Judith reconnaitrait sa défaite, abandonnerait toute idée de se défouler sur les personnes présentes, et leur ferait le plaisir de les décharger de sa présence. Mais on pouvait toujours rêver...
avatar
Quasi
Concierge
Concierge

Messages : 207
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://fierte-celibataire.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Message  Quasi le Sam 6 Sep - 19:17

Dame Astrid de Pisan a écrit:Madame de Pisan regarda les trois bébés qui regardaient la scène. il y en avait un qui avait la couche pleine. les autres venaient juste d'être changés

Elle se tourna vers l'assemblée.


Et celui là vous allez le laisser pourrir sur place ou quelqu'un va daigner le changer?

Elle regarda Adso, l'air soupçonneuse.

Et vous? Vous servez de Nourrice? Etrange pour un grand maître de je ne sais quoi...

Elle sembla réfléchir rapidement et ...

Alors c'est vous!...

Adso a écrit:Alors c'est vous!...

Adso s'efforça de ne pas montrer son trouble et de garder bonne contenance.

Hein ? quoi ? comment ? c'est moi de quoi ? on vous a parlé de moi ? je suis le Grand-Maître de la Fierté, oui.

Etait-il possible qu'elle ait deviné ? il faisait soudain très chaud dans la pièce, sûrement à cause de cet attroupement. De plus, une odeur infecte se répandait.

Je crois qu'il faudrait changer Galahad, çà commence à devenir impossible...

Un voile noir commençait à apparaître devant les yeux d'Adso.

Qui a soufflé les bougies ?

Adso s'effondra par terre, perdant connaissance.

Quasi a écrit:Qui a soufflé les bougies ?

Mais qu'est-ce que Adso était en train de raconter ?

Lorsque tout à coup Adso s'évanouit :


Allons bon ! voilà-t-y pas autre chose ! Quelle journée décidément !

Leogalamaza a écrit:Depuis quelques minutes, les triplés avaient perdu leur position de centre d'intérêt principal des adultes, et çà commençait à vraiment les mettre en colère.

Toujours aussi "délicate", Mazarine se mit à hurler à cause de l'odeur que dégageait son frère Galahad. Manifestement, quelqu'un ne faisait pas ce qu'il avait à faire. Léo, quand à lui, pleura dans l'espoir de faire revenir Quasi, qui était si rigolo. Enfin, Galahad commençait à trouver que son petit derrière était décidément trop froid et humide à son goût. Il fallait bien lui aussi qu'il attire l'attention de quelqu'un sur son problème. La meilleure solution était bien sûr de se mettre à pleurer lui aussi...

Judith a écrit:Quasi faîtes respirer mon flacons de sels à Adso pendant que je change galahad. Et mère n'allez pas traumatiser ce pauvre Adso ... Je vous rappelle que c'est le grand maître de la fierté célibataire.

comme si cela devait justifie qu'il n'était pas le père ...

et puis Je ne sais pas mère rendez vous utile prenez dans vos bras les bébés vous ne voyez pas qu'ils pleurent. je n'ai que deux mains bon sang!

Dame Astrid de Pisan a écrit:
Et mère n'allez pas traumatiser ce pauvre Adso ... Je vous rappelle que c'est le grand maître de la fierté célibataire.
Mais bien sûre ma fille comme si c'était la première fois que vous couchiez avec un maître...

et puis Je ne sais pas mère rendez vous utile prenez dans vos bras les bébés vous ne voyez pas qu'ils pleurent. je n'ai que deux mains bon sang!
Bon gré mal gré, elle s'éxecuta et pris léo et mazarine dans les bras.

Tout de même judith vous reconnaissez que ceci est le rôle du père... mais bon il semble incompétent pour le moment.

Elle n'en démordait pas elle pensait avoir percé l'identité du père des ses batards de petits enfants.

Judith a écrit:
Tout de même judith vous reconnaissez que ceci est le rôle du père... mais bon il semble incompétent pour le moment.
Pour la énième fois, mère, adso n'est pas le père...

Judith se rappela soudain une conversation qu'elle avait eu avec noune et acta.

Mère en parlant de père... Ici à Luxeuil ils y deux jeunes femmes qui me ressemblent étrangement elles se nomment noune et acta. nous savons que nous n'avons pas les même mère... mais pour ce qui est du père ... Vous m'aviez juste dit qu'il était d'origine espagnole... j'aimerai en savoir davantage.

Judith a écrit:alors?

Dame Astrid de Pisan a écrit:Mais je n'en sais rien... C'est possible que tu es des frère et soeur un peu partout ton père était un séducteur invétéré. le mieux serai que je rencontre ces jeunes femmes.

Ce n'était pas le moment de parler de ce vil séducteur qui lui avait brisé le coueur en l'abandonnant.

Bon Alors il se réveille ton grand maître ou il continue à faire semblant d'être évanouit.

Judith a écrit:
Mais je n'en sais rien... C'est possible que tu es des frère et soeur un peu partout ton père était un séducteur invétéré. le mieux serai que je rencontre ces jeunes femmes.
Elles s'officinent dans un salon du nom de ô cheveux au vent. Nous n'aurons qu'à nous y rendre tantôt.

Bon Alors il se réveille ton grand maître ou il continue à faire semblant d'être évanouit.
judith regarda Adso qui feignait de manière peu habile son évanouissement.

Vous savez mère cet homme est un peu malade en ce moment il travail beaucoup et cela le rend faible.

Adso a écrit:Adso avait repris connaissance quand Dame Astrid lui avait fait respirer des sels à l'odeur piquante. Quand il avait ouvert les yeux, Astrid était partie s'occuper des enfant qui pleuraient, et Judith était tournée vers elle, manifestement préoccupée par de sombres histoires de familles.

Adso jugea donc plus stratégique de rester allongé, les yeux fermés, plutôt que de se voir encore confié la charge des enfants.

Il ne manquait pas une parole de la conversation de Judith avec sa mère.
Il semblait bien que la mère de Judith ne démordrait pas si facilement de son intuition qui lui disait que Adso était le père de ses petits-enfants. Comment allait-il faire pour se sortir de ce mauvais pas ? Sa carrière de Grand-Maître de la Fierté Célibataire serait sérieusement compromise s'il était obligé de se marier avec Judith...

Mais pour l'instant, Judith avait à son tour mis sa mère en position inconfortable...


Vous savez mère cet homme est un peu malade en ce moment il travail beaucoup et cela le rend faible.

Ouvrant légèrement un oeil, Adso remarqua que Judith le regardait le sourire aux lèvres. Elle devait avoir compris qu'il s'était remis de son évanouissement. Adso devait donc faire quelque chose.

Il poussa un gémissement, ouvrit les yeux, regarda Judith d'un air étonné (qui n'était qu'à moitié fein), et demanda :


Que s'est-il passé ?

Adso a écrit:
Que s'est-il passé ?
judith regarda Adso en souriant. Il n'était vraiment pas bon comédien. Heureusement pour lui que sa mère était occupée à changer Galahad.

Rien tout va bien Adso! Vous devriez aller voir un docteur au plus vite...

Judith venait de lui sauver la mise...

Adso a écrit:Un "docteur" ? mais vous voulez donc ma mort, Judith ?

Adso était lui aussi passé au vouvoiement, sans doute une idée géniale de Judith pour brouiller les pistes avec sa mère... Very Happy

Il réalisa ensuite qu'il n'était pas obligé d'aller voir le docteur, mais pouvais en prendre prétexte pour s'éclipser.


Vous savez quoi, Judith ? Je crois que je vais suivre votre conseil. Mieux vaut risquer ma vie auprès d'un de ces assassin en tenue officielle, que de la perdre sûrement en ne faisant rien. Je ne me sens vraiment pas bien...

Adso sortit donc, sous le regard mi-soupçonneux, mi-courroucé de Quasi.

Dame Astrid de Pisan a écrit:Madame de Pisan achevait le change de galahad qui regardait sa grand -mère avec intérêt. Elle se retourna et vit Adso sortir de la pièce.

Où allez vous comme cela nous n'en avons pas finit.

Elle se tourna vers Quasi et lui mit dans les bras son petit-fils. Puis fila le train à Adso.

Attendez moi nous devons régler cette histoire.

Adso allait devoir supporter la présence de cette femme jusqu'à ce qu'elle trouve satisfaction.

Adso a écrit:Adso poussa un de ses grands soupirs dont il avait le secret. Il n'était pas
débarrassé de la pipelette... Malgré l'envie de fuir à toute jambes qui le prenait, il ne put se résoudre à se montrer si ostensiblement malpoli...


Oui ?
avatar
Quasi
Concierge
Concierge

Messages : 207
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://fierte-celibataire.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Message  Quasi le Sam 6 Sep - 19:22

Dame Astrid de Pisan a écrit:Quel dommage Adso aurait du en profiter pour fuir. Avec ses nombreux jupons madame de pisan n'était pas une bonne coureuse. En générale c'est les hommes qui lui couraient après. Enfin ceux qui ...
Bref...


Avouez votre paternité ou bien vous devez être garant de la bonne conduite de ma fille. Dans tout les cas il lui faut un mari. Enfin bref débrouillez vous ... Vous me semblez intelligent avec votre tête de moine.

(même les moines en ont dans leur ...











tête).


Adso a écrit:Mais de quoi vous me parlez ? paternité de quoi ?

Adso espérait que les gouttes de sueur qu'il sentait ruisseler dans son cou n'était pas trop visibles...

Et pouquoi donc voudriez-vous marier votre fille ? elle veut rester célibataire, que je sâche ?

Judith a écrit:Tout à fait Adso je ne me marierai jamais!

Devant le regard mi-interrogateur mi-furieu de sa mère, Judith pris une décision irévocable.


Et bien maintenant cela suffit! Tout le monde sort de mes appartement! je vais coucher les bébés! Salut Adso et quasi! Mère dès demain nous irons voir noune et acta! Sur ce fichez moi tous la paix!

Judith était fatiguée de toute cette histoire elle mit tout le monde dehors sans ménagement espérant qu'Adso allait enfin saisir l'occasion de se sauver!

Adso a écrit:Cette fois, Adso ne se laisserait pas avoir, l'occasion était trop belle d'échapper à Dame Astrid et ses questions insidieuses.

De toute façon, quand une femme commençait à avoir le comportement que Judith avait en ce moment, mieux valait ne pas rester trop longtemps dans les parages... Donc autant ne pas se retrouver pris entre deux feux !

Judith allait-elle se mettre à ressembler à sa mère en prenant de l'âge ? En pensant à çà, Adso se dit qu'il avait de la chance que judith ne l'ai pas obligé à assumer ses obligations de père, et qu'elle veuille rester célibataire...


Laughing
avatar
Quasi
Concierge
Concierge

Messages : 207
Date d'inscription : 23/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://fierte-celibataire.meilleurforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1456-05-01 La naissance des triplés de Judith ou "Ah, les belle-mères, je vous jure..."

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum